samedi 13 août 2016

CLAUDE PONTI : L'arbre sans fin

commence par un petit matin, Hipollène se réveille. La journée peut commencer. Elle habite dans une maison dans les arbres. Elle part à la chasse aux glousses. Dans chaque glousses, il y a des graines que Hipollène et son père ramassent. L'arbre est malheureux et pleure comme sa mère car sa grand mère est décédée, elle part pour un grand voyage dans l'au delà. Hipollène est triste aussi, elle essaie de faire son deuil. Elle se trouve nez à nez face à Ortic le monstre dévoreur d'enfants perdus, elle est paralysée de peur. Puis elle arrive au pied d'une racine et là la voix de sa grand -mère la Mère-Veille-du-Monde se fait entendre. Hipollène fait un voyage initiatique. Quand elle se retrouve dans les racines de l'arbre, sous terre, Hipollène est comme Alice (au pays des merveilles), elle se trouve dans un univers étrange. Elle rencontre trois portes, elle en ouvre une et là. Qu'est ce qu'il y a derrière cette porte elle est propulsée dans l'espace, les planètes. Elle atérit sur la planète des miroir, elle continue son chemin traverse un miroir (à Alice derrière le miroir) elle est dans un tunnel noir, au bout il y a une petite loupiote, elle retourne sur la planète des miroirs. Elle plonge encore dans un là elle est propulsée dans un monde merveilleux. Son arbre l'appelle, elle retrouve Ortic, mais elle n'a plus peur de lui après toutes les expériences qu'elle a pu vivre. Elle a grandit, elle est très contente de retrouver de ses parents. C'est un album de Claude Ponti qui selon moi est pétri de merveilleux. En complément voir ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire