samedi 6 août 2016

COMTESSE DE SÉGUR Les petites filles modèles

« Mes Petites Filles Modèles ne sont pas une création ; elles existent bien réellement : ce sont des portraits ; la preuve en est de leurs imperfections même. Elles ont des défauts, des ombres légères qui font ressortir le charme du portrait et attestent l’existence du modèle. Camille et Madeleine sont une réalité dont peut s’assurer toute personne qui connaît l’auteur. »

Il est certain que le ton de ce roman est très désuet. Au château de Fleurville, Camille et Madeleine sont des petites filles sages parfaitement bien élevées qui font la joie de leur maman. Arrivent Madame de Rosbourg dont le mari, officier de marine, a disparu en mer et sa fille Marguerite âgée de quatre ans .
La pauvre Sophie, orpheline qui vit avec son affreuse belle-mère Mme Fichini, qui la bat fortement pour un oui ou pour un non.  Heureusement, cette horrible belle-mère a la bonne idée de la laisser à Madame de Fleurville, pour qu'elle s'occupe de son éducation. Les deux mères et les quatre petites filles se retrouvent dans un monde sans homme, et essentiellement féminin et très pieux. 
Enfant j'aimais beaucoup le chapitre "la poupée mouillée", le trousseau de la poupée me faisait rêver. Et, pour souligner se rêve, mon imaginaire,  ma maman me disait que mon arrière-grand-mère était de la même génération que les Petites Filles Modèles. J'ai adoré cette relecture j'apprécie beaucoup le style de la Comtesse de Ségur pour sa bonté, bienveillant, c'est très agréable à lire. Ses romans sont de formidables documents d'époque concernant la vie des enfants aux XIXième siècle. C'est un bonheur de se replonger dans l'univers de la Comtesse de Ségur et de retrouver " Les petites filles modèles". De le lire avec un œil d'adulte surtout !


J'ai remarqué que dans de nombreux romans de la comtesse de Ségur la forêt joue un rôle capital comme dans tous les contes.  C'est dans la forêt qu'elle rencontre Lucie, cette rencontre est plein d'espoir et de promesse, mais c'est aussi dans la forêt que Sophie et Marguerite se perdent et se trouvent face à face avec les bêtes sauvages comme les sangliers. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire