samedi 6 août 2016

COMTESSE DE SÉGUR : PAUVRE BLAISE

Quel régal de relire la Comtesse de Ségur !!!!!
Blaise est l'enfant unique du concierge M. Anfry, il regrette beaucoup ses anciens maître qui était très bon et généreux. Blaise est un enfant adorable qui a un grand cœur.
Les nouveaux maîtres le comte et la comtesse de Trénilly ont deux enfants Jules et Hélène. Jules est un enfant désagréable voir odieux, par contre il sympathise avec Hélène sa sœur qui est bonne. Jules accuse Blaise de toutes les bêtises qu'il commet.
Pour le comte l'image de Blaise n'est pas bonne mais Blaise est un bon garçon il sait tourner la situation à son avantage. Dans les romans de la comtesse de Ségur, il y a un thème, une vision du monde très intéressante, ici il est question des classes sociales, voici un exemple : " Vous oubliez, Hélène , que c'est un fils de portier que vous vous permettez d'embrasser sous mes yeux." Voilà ce que dit la comtesse à la tendre Hélène qui a une immense affection pour Blaise. Cette phrase montre la différence de classe sociale, pourquoi Hélène, Jules et le Comte ne pourraient pas aimé tendrement Blaise ? C'est une question que nous pose la Comtesse de Ségur. Heureusement tout finit bien et dans le meilleurs des mondes et la Comtesse revoit ses préjugés.

Ce n'est pas le titre de la Comtesse de Ségur que je préfère. Je trouve que c'est remplit de bon sentiment trop de référence à la religion de bons sentiments que cela en dégouline !!!! Un titre un peu daté voir beaucoup trop, cela est mon avis personnel.
Voilà quel idée a une maison d'édition d'avoir pris la décision bien étrange de censurer ce Pauvre Blaise !!!! Cette maison d'édition a pris le choix d'enlever deux chapitre. Un qui se trouve au début du roman intitulé " un malheur" il est question de la mort d'un enfant. Ce passage selon moi a son importance, car il montre un drame comment Hélène est une jeune fille dévouée et bonne à l'attention des plus pauvres. " Madame Renou et Hélène allèrent tous les jours et plusieurs fois par jour lui donner des consolations, adoucir sa douleur et pouvoir à ses besoins et à ceux de sa famille." L'autre passage qui manque dans la version Max Milo c'est celui de la communion intitulé "le Grand Jour". C'est hallucinant d'ôter un tel chapitre étant donné que dans les chapitre avant l'on ne parle que de cela de la communion. Dans ce fameux chapitre, le repas de l'événement dans la vie de Jules et Blaise se déroule chez les Anfry, la réunion des deux familles marque, souligne en quelque sorte que nous sommes pas de la même classe sociale mais cela n'empêche pas de partager un repas ensemble.
L'on se demande bien pourquoi l'argumentation que tient l'éditrice ne tient pas la route. Quel est pour elle de rééditer un tel ouvrage ? Personnellement je me pose la question. La réponse est ici mais bon je ne suis pas convaincu pour autant selon moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire