samedi 6 août 2016

COMTESSE DE SÉGUR : Un bon petit diable

Je continue de relire mes lectures d'enfant, en tout cas en ce qui concerne la Comtesse de Ségur. Comme pour les malheur de Sophie je gardais en mémoire d'Un bon petit diable, d'une lecture agréable assez enlevé mais je dois dire pas plus. Ce qui m'a étonné tout d'abord c'est l'importance des fées, mais surtout de leur croyance. Il faut reconnaître je crois aux fées et à leurs existences depuis peu. C'est depuis que je fréquente un certain journal (nommé JIACO) que je crois aux fées. Enfant, adolescente et adulte non, je n'y faisais pas attention ! Bref, ceci est une parenthèse.

"Un bon petit diable" se déroule en Écosse, notre pauvre Charles est orphelin, il a douze ans. C'est l'horrible Mac Miche qui s'occupe de lui, c'est épouvantable, elle n'arrête pas avec sa baguette de le fouetté et de le punir. Il ne se laisse pas faire, se n'est absolument pas dans son tempérament. Heureusement qu'il a comme allié la bonne Betty. Puis, ses deux cousines Juliette et Marianne sont douces et bonnes avec lui. Elles sont orphelines aussi , mais Marianne est adulte et elle s'occupe de sa sœur Juliette aveugle. Concernant les fées, Madame Mac Miche y croit " En Écosse une multitude de personnes qui croient aux fées ; on dit qu'elles habitent surtout dans les vallées près des fontaines, des ruisseaux et des rivières."
Cette horrible Mac Miche l'envoi dans la terrible pension "Old Nick", où heureusement il trouve des ruses avec la complicité de Betty pour se faire virer et trouver un refuge meilleur auprès de la bonne Marianne.
Et très présent aussi dans ce roman l'argent, la Mac Miche est avare, on pense à Molière mais aussi à Picsous.


Dans ce roman contient les thèmes de la maltraitance de l'enfance, nécessité de mélanger affection et morale chrétienne dans l'éducation des enfants. Ces thèmes nous les retrouvons dans d'autres de ses romans. À la lecture, d'Un bon petit diable le rapprochement avec Charles Dickens, va de soi. L'on y pense en tout cas, Charles est amené à lire à Madame Mac Miche Nicolas Nickleby de Charles Dickens. Surtout la première partie du roman. En tout cas, c'est une relecture a l'âge adulte qui m'a bien surprise ! J'ai aimé découvrir une fraîcheur, une espièglerie dut à Charles à laquelle je m'attendais pas du tout. C'est un roman je trouve très à part de l'idée que l'on a de la littérature de la Comtesse de Ségur, les plus connus étant "les malheurs de Sophie" et "les petites filles modèles". Ces ouvrages font parties du patrimoine de la littérature jeunesse française. " Un bon petit diable" lui se détache, il possède une facture très anglo-saxone, le merveilleux fait parti du quotidien grâce aux fées. D'ailleurs c'est un véritable conte de fée, ils marièrent et eurent beaucoup d'enfants ... C'est exactement cela !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire