samedi 20 août 2016

LA BELLE ET LA BÊTE

conte de Jeanne Marie Leprince de Beaumont

L'histoire d'un riche marchand, père de six enfants : trois garçons et trois filles. La plus jeune tout le monde l'appelait la Belle , et les deux autres sœurs en étaient jalouses d'elle . Il faut dire qu' elles étaient orgueilleuses. Belle aimait pardessus tout la compagnie de son père. Elle est entièrement dévouée à son père comme l'ai Peau d'âne  (le complexe d'œdipe).
Du jour au lendemain ou presque le père perdit sa fortune. Et cela fut un grand malheur , le marchand et ses trois filles furent obliger à cultiver la terre et d'habituer une simple maison de campagne. Et, Belle est obligée de supporter ses odieuses sœurs égoïstes. Comme souvent dans les contes, Cendrillons par exemple où la plus jeune est mise à l'égard des deux aînées qui sont remplies de vanité et d'orgueil. Un jour le père parti pour aller chercher de la marchandise qu'il attendait. Belle demande que son père lui ramène une rose. Sur le chemin du retour, il revenait les mains vides, la route fut difficile en neigée, fatigué il se réfugie dans un château mystérieux. Il vole à la Bête une rose (B. Bettelheim dit dans son ouvrage : Psychanalyse des contes de fées : ce geste symbolise l'amour que le père éprouve à sa fille, et aussi une anticipation de la perte de sa virginité ; la fleur brisée - la rose en particulier - est le symbole de la défloration). Le voilà nez à nez avec la Bête. Il doit revenir dans trois mois avec une de ses filles. Et la cadette se désigne pour l'amour de son père de se rende au château de la Bête. ""Je suis contente de votre bon cœur, la Belle ; la bonne action que vous faites, en donnant votre vie pour sauver celle de votre père, ne demeurera point sans récompense."" Et elle est pétrifiée de peur à être manger par la Bête. Elle tremble de peur et de courage.
Un conte sur la beauté et la laideur mais aussi sur les apparences, les idées toutes faites que l'on se fait d'autrui. La bête est un prince en faite une personne de toute beauté exactement comme dans le conte breton : la femme du loup gris. J'aime beaucoup le rôle de la fée qui est là pour établir la justice par exemple elle transforme les horribles sœurs en statue de pierre. Et c'est grâce à sa baguette magique que la bête devient un être humain de tout beauté.
Un conte magnifique de générosité et remplit de féerie en un mot magique .

C'est un conte du XVIIIe siècle, Jeanne-Marie Leprince de Beaumont est originaire de Rouen née en 1711, elle vécu dix-sept ans en Angleterre. Elle a écrit un traité d'éducation : "Le Magasin des enfants". Elle connaîtra la prospérité avec ce conte La Belle et la Bête. Elle est décédé en 1780
J'aime beaucoup les illustration de Willi Glasauer, illustrateur tchèque. Elles sont délicates et surannées. Mais, le film de Jean Cocteau fait vraiment parti de mes films préférés, il a su très bien traduire le côté féerique et fantastique du conte.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire