jeudi 18 août 2016

JACQUELINE DUHÊME & MATISSE



Début décembre après le Salon du livre de Montreuil je suis allée à la BNF. Elle organisait une rencontre avec la grande et pétillante Jacqueline Duhême. Je pensais peut-être très naïvement que la BNF allait dérouler le tapis rouge pour cette rencontre. J'entends par là organisation de la rencontre à l'auditorium dans un endroit approprié comme il se doit. Et bien, non pas du tout la rencontre avait lieu dans un coin de la BNF, cette rencontre était très confidentielle. D'un côté c'est triste, car Jacqueline Duhême est une femme extraordinaire et dans tous les sens du terme.  C'est une très grande dame de l'illustration. Ses dessins fait penser à des tableaux naïf très frais. Elle est née le 15 novembre 1927 d'un père grec qu'elle n'aura pas connu et d'une mère libraire qui ne s'occupe pratiquement pas de sa fille. Elle a débuté dans la vie comme ouvrière en usine chez Jaeger à Levallois-Perret. En 1940, elle entre à 13 ans, avec dispense, aux Beaux-arts de Clermont-Ferrand. 
Elle est née sous une bonne étoile tout simplement. Passionnée par le dessin une véritable obsession qui la démange. 

Jacqueline Duhême est une pionnière de l’illustration des livres pour enfants et on lui doit d’avoir amené les grands poètes de notre temps à la littérature pour la jeunesse. Avec Jacques Prévert, elle a noué une amitié chaleureuse, qui a duré jusqu’à la disparition du poète. Prévert a tout de suite encouragé son talent et, en travaillant sur son œuvre, elle a développé un style très personnel, coloré, plein de fantaisie poétique.
Elle s'occupe d'enfant à Nice, Matisse n'habite pas loin, elle lui écrit et elle se trouve engagée pour l'aider dans la réalisation de ses vitraux de papier. Elle a  vingt ans, elle sert de modèle à Matisse pour la Vierge à sa chapelle de Vence. Elle apprend l'entretien du matériel, l'utilisation des couleurs etc ... milles astuces et truc . Matisse n'arrête pas de travailler c'est un bourreau de travail, il empêche même la pauvre Jacqueline de dormir. Il est très doué pour découper ses formes de papier avec ses ciseaux.


Via Matisse, elle rencontre Picasso, et puis un tas de personnes illustres, Aragon, Colette.
Il est né en 1869 et il est décédé en 1954 à 84 ans. À 20 ans, Henri Matisse a une crise d'appendicite, il a la passion pour la peinture qui le démange. Il quitte le Nord et s'en va en direction de Paris. Il suivra les cours du peintre Gustave Moreau. La vie de famille est difficile, il a trois enfants à charge. Il travaille dur, en 1905, un grand événement artistique à lieu le Salon d'Automne au Grand Palais. Il expose un tableau magnifique, flamboyant dont les couleurs font scandales Le portrait de madame Matisse. 
La couleur sera au centre de sont œuvre. Le Rouge très présent dans plusieurs de ses tableaux : La Desserte rouge, l'Atelier rouge, Grand intérieur rouge. Matisse aime peindre les intérieurs, les ambiances, les intimités des maisons (tapis, tenures, tissus) c'est d'ailleurs un point commun qu'il a avec son ami Bonnard son contemporain.
 Le bleu est une couleur très présente dans ses tableaux. La musique fait partie de son univers pictural."Je veux un art d'équilibre et de pureté qui n'inquiète ni ne trouble . Je veux que l'homme fatigué éreinté, surmené, goûte devant ma peinture le repos et le calme." Ses modèles sont ses enfants, sa femme. L'importance de la lumière celle du Maroc mais aussi celle de Nice, la Provence, Vence elle remplit son œuvre. Son ami Signac lui fait découvrir Saint-Tropez. À la fin de sa vie, il ne peint plus mais il réalise de magnifique collage dansant. Il réalise des nus comme beaucoup d'autres peintres.
Il découvre les États-Unis, les français le boude n'achète pas ses toiles c'est le grand collectionneur Albert Barnes qui achètera ses toiles, il lui commande en 1930 une commande sur un thème cher à Matisse : la danse.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire