mercredi 31 août 2016

MARIE DESPLECHIN : Les yeux d'or

Un père, directeur de l'Observatoire de Paris, l’élève seul son fils Pierre. Sonia, raconte l'arrivée d'une jeune femme mystérieuse, opticienne chargée de la maintenance d'un précieux télescope. Edmée rôde le soir dans les bureaux, fouille les placards et les dossiers à la recherche de photos d'étoiles et de météores. Un soir , elle dépanne Jean Philippe le père de Pierre pour garder son garçon de dix ans. Alors une amitié entre deux est née, Pierre apprécie de la revoir de temps en temps. Edmée est spéciale, elle est bizarre, témoignent ses ex-collègues. Elle est solitaire, secrète, un peu magicienne
Edmée prend ses distances avec la réalité, interroge le regard, approche les frontières du fantastique.
Ce roman qui se veut fantastique et ancré dans la vie d'aujourd'hui. Pierre enfant de parent divorcé, il vit avec son père mais ce dernier n'a jamais le temps de s'occuper de lui. Sa mère est partie on ne sait où. Au final, il est livré à lui même, il se sent mal aimé d'où la raison de la fugue. Il s'entend bien avec Edmé car entre eux, il y a de la tendresse et de l'attention à l'autre. De ce point de vue ce roman est voir très réaliste hélas aujourd'hui nombreux sont les enfants qui ne trouvent pas leur place dans la société, leur raison de vivre en quelque sorte. Et de ce point de vue je trouve ce roman assez réussit. Dans ce roman, j'apprécie quand Pierre s'en va à Amiens (c'est là où sa mère est née), c'est un passage remplit de poésie.
" Je n'espérais pas vraiment qu'une femme, parmi toutes celles qui passaient dans les rues, allait se jeter sur moi, me prendre dans ses bras et me reconnaître pour son fils. J'étais habitué à vivre sans elle.
Qu'est ce que j'aurais fait d'une mère, moi qui avait vécu sans, presque toute ma vie ? "

J'aime beaucoup la description de la nature, je trouve que l'écriture de Marie Desplechin est plus apaisée et minutieuse. J'avais déjà remarqué son goût pour les plantes et les fleurs dans son joli roman l'Album Vert. Ce passage où Pierre joue les Robissons en quelque sorte à Amiens se trouve être de mon point de vue une histoire dans l'histoire. C'est une parenthèse dans la vie de Pierre, la relation avec le corbeau est une jolie idée, dans ce passage la télépathie joue son rôle. Edmé est là en pensée tout près pour le soigner.
"Moi, j'étais devenu si seul que , si j'avais voulu, j'aurais pu entendre les étoiles glisser dans l'espace."
C'est un roman qui a beaucoup de charme entre le réel et l'irréel.
Voir un autre regard sur ce livre ici

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire