jeudi 18 août 2016

NADJA : LA FORÊT DE L'OUBLI

Je ne suis pas, voir pas du tout Bande Dessiné, mais Nadja possède un univers qui me touche beaucoup. Je suis une adepte absolue !

Tome 1 : Le chemin de Maison Haute


Un jour, la petite fille Linda découvre un vieux doudou par terre. En faite c'est un petit animal abandonné, donc elle le recueille et l'adopte. Il se met à lui parler pour lui demander de l’aide, elle est étonnée de voir qu'il parle ! Elle décide de le suivre dans un monde étrange et terrifiant. Ce monde est remplit d'aventure et les émotions sont très fortes. Enlevés par un insecte géant, les deux amis sont transportés jusqu’à Maison- Haute, la demeure d’une reine, pour devenir une de ses filles adoptives. La petite Linda doit traverser des épreuves pas forcément évidente. Entièrement réalisée dans un camaïeu de bruns et de gris.


Tome II : l'arbre de pierre

Voilà, alors Linda est une princesse et prisonnière au royaume de Maison-Haute. Mingo (son compagnon, petit ami fidèle dont elle ne se sépare pas)l’aide à s’enfuir et ils traversent ensemble des aventures étranges qui ont un lien certain des souvenirs.
Comme ils se pressent vers la Forêt de l’Oubli, la reine de Maison-Haute met tout en œuvre pour freiner leur quête…
Dans ce deuxième tome, une nouvelle couleur s'ajoute au marron c'est le vert tendre de l’herbe, souvenir du collier de sa mère quand elle était petite….



Tome III : 
La fille sauvage
Linda et Mingo sont en fuite vers la forêt. Les couleurs se font de plus en plus chatoyantes au fur et à mesure de leur progression vers la vérité que recherche Linda. 
Les forces obscures, elles, se tintent de pourpre et de sang… Linda va finalement rejoindre son double dans la forêt, silhouette entr’aperçue à travers les arbres… Elle se pose plein de question !
Linda me fait penser un peu à "Alice" de Lewis Carroll. Nadja joue avec les rêves (devenir une princesse entre autre). C'est remplit de mystère qui met le lecteur en haleine. La forêt de l'oubli est une aventure initiatique.


La peur l'effroi sont au rendez-vous, l'atmosphère inquiétante est au rendez-vous. Ambiance futuriste, fantastique et nous emporte dans un monde bien étrange et inquiétant !Le monde des cauchemars, je veux parler de certains cauchemars que l'on fait quand on est enfant.
Ce dernier tome est complètement hallucinant, il donne de sacrés frissons de peur d'angoisse. Il est vertigineux ! Je trouve qu'il y a une belle progression dans cette forêt de l'oubli à travers les trois épisodes. Le dernier tome est très fort au niveau de l'émotion et avec la forêt présente, référence aux contes et en particulier à la Belle au bois dormant. L'arbre dans "la forêt de l'oublie" joue un rôle capital pour Linda il lui permet de ce réfugier, de se retrouver. Elle est à la recherche de son identité.
Dans la forêt de l'oubli, l'on retrouve bien l'univers pictural entre autre si particulier de Nadja. Tout d'abord Linda s'est la grande sœur de Charlotte (Chien bleu). On retrouve aussi l'univers fantastique de Chien bleu, avec la forêt l'univers étrange. L'univers fantastique l'on retrouve dans un autre album que j'apprécie c'est La chanson d'amour. Nadja a repris les mêmes thématiques : rêve, du cauchemar,la peur, l'amitié. Le doudou de Linda, son attendrissant compagnon Mingo rappel un peu Momo. Nadja aime les créatures les plus étranges que les enfants aiment bien parce que cela fait peur et donne des sueurs froides.
Atmosphère graphique de ce triptyque est superbe, très personnel original aussi cela change de l'esthétique formaté de certains illustrateurs actuels. Esthétique à la peinture la palette dans le premier tome est dans les bruns uniquement assez osé, ensuite dans le deuxième un peu de vert. Dans le troisième le vert/bleu apporte une ouverture comme une respiration, il est l'opposé d'un brun, noir obscur qui est oppressant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire