mardi 13 septembre 2016

ROALD DAHL: Les deux gredins, Matilda, Le Bon Gros Géant

Je suis une grande fan de Roald Dahl j'aime son univers pétillant . Une des bonne raison entre autre c'est qu'il est né comme moi un treize septembre ! Je l'ai lu enfant mais il ne m'avait pas tant marqué que cela. Il y a quelques années j'ai fait un stage chez Gallimard-Jeunesse c'est surtout à ce moment là que je me suis régalée vraiment ! James et la grosse pêche, Mathilda, Moi Boy, Sacrées sorcières ...
Voilà la première raison la deuxième c'est qu'il adore jouer avec les mots : les jeux mots cela j'aime énormément et dans le BGG il s'en donne à cœur joie ! Clin d'œil à Lewis Carroll en particulier pour "De l'autre côté du miroir", Raymond Quenau, Pef avec les mots tordus cela m'enchante, me réconforte aussi moi anciennement dyslexique.



Les deux gredins 
Un petit chef-d'œuvre bien grinçant !
Traduit par Marie-Raymond Farré
Illustration Quentin Blake

Compère gredin ne se lave jamais sa barbe, qu'il a d'ailleurs fort longue et drue. " Alors, je me pose les questions suivantes combien de fois ces barbus se lavent-ils la barbe ?" Sa commère, cette vieille sorcière, a un œil de verre et un sale caractère. Ils se détestent, se chamaillent. Ils forment une "formidable" équipe de crapules. Entre eux, ils se jouent des tours pendables. Avec les autres, ils sont épouvantables.
La scène des spaghetti est extra et que dire de la "ratatinette".
Ah ! la tarte aux oiseaux que de cruauté, avec les enfants et avec les singes malicieux vont tout pour troubler la préparation de la tarte adorer de Compère Gredin


Attention ! Piège à glu ! Ne vous perchez pas dessus ! Ou vous finirez rôtis Dans la tarte du mercredi !
Les deux gredins me font penser aux fermiers bêtes et stupide de "Fantastique Maître Renard." Roald Dahl brosse avec un humour noir décapant les portraits de deux abominables vieillards cent pour cent affreux. Extra l'on passe un excellent moment en leur compagnie. Les illustration de Quentin Blake sont au poil aussi ! Il existe une très bonne version audio chez Gallimard Jeunesse.



Matilda

Plein d'humour Traduit par Henri Robilloet
Illustration Quentin Blake

" M. et Mme Verdebois appartenaient à cette espèce. Ils avaient un fils appelé Michael et une fille du nom de Mathilda, et considéraient cette dernière à peu près comme une croûte sur un plaie." Charmant !, pauvre Matilda ! Pour ses parents, une petite fille ne doit pas être intelligente mais seulement belle pour être vue.
Il se trouve qu'elle est une petite fille très intelligente. Son frère Michael n'est qu'une tête à claque. Son père est un concessionnaire de voitures d’occasions, mais il passe sont temps à arnaquer ses clients. Sa mère est constamment absorbée par son loto et ses feuilletons télévisés. Quant à son frère, il est destiné à prendre place dans l’entreprise de son père. Elle apprend à lire toute seule à l'âge de trois ans, et elle adore ça. Cela n'est malheureusement pas du goût de ses parents, deux abrutis qui préféreraient que leur fille regarde, comme eux, des émissions stupides à la télé. "Au cours des six mois suivants, sous l'oeil ému et attentif de Mme Folyot, Matilda lut les livres suivants :
* Nicholas Nickelby, de Charles Dickens
* Oliver Twist, de Charles Dickens
* Jane Eyre, de Charlotte Brontë
* Orgueil et Préjugés, de Jane Austen
* Tess d'Uberville, de Thomas Hardy
* Kim, de Rudyard Kipling
* L'Homme invisible, de H.G. Wells
* Le Vieil Homme et la Mer, d'Ernest Hemingway
* Le Bruit et la Fureur, de William Faulkner
* Les Raisins de la colère, de John Steinbeck
* Le poney rouge
* Les bons compagnons, de J.B. Pristley
* Le rocher de Brighton, de Graham Greeene
* La ferme des animaux, de George Orwell.
J'aime beaucoup les petits tours que Mathilda fait à ses parents :)))
" Matilda aurait sincèrement voulu que ses parents fussent bons, affectueux, compréhensifs, honnêtes et intelligents."
À l'école, la petite Matilda n'est pas au bout de ses peines, puisque la directrice de l'établissement déteste les enfants et leur inflige les pires cruautés. Heureusement, il y a aussi une gentille institutrice au nom doux et tendre Melle Candy est là . Et puis, Matilda a des talents vraiment exceptionnels...C'est une femme-enfant comme la nomme Melle Candy terriblement attachante d'intelligence, avec un petit brin espiègle.
Deux livres très attachant "Les deux gredins" est"Malthida" est plein d'humour.


Le Bon Gros Géant
traduit par Camille Fabien
Les dessins sont signés de son complice, fidèle Quentin Blake

Sophie ne rêve pas, cette nuit-là, quand elle aperçoit de la fenêtre de l'orphelinat une silhouette immense vêtue d'une longue cape noire et munie d'une curieuse trompette. Une main énorme s'approche et la saisit. Et Sophie est emmenée au pays des géants. Terrifiée, elle se demande de quelle façon elle va être dévorée. Mais la petite fille est tombée entre les mains d'un géant peu ordinaire : c'est le B.G.G., le Bon Gros Géant,qui se nourrit de légumes et souffle des rêves dans les chambres des enfants. (quatrième de couverture)
Une grande amitié va se nouer entre le B.G.G et Sophie.
C'est un livre magnifique de générosité, de tendresse un régal c'est intelligent fin . En un mot c'est un livre qui pétille !



Il est question de ce conte dans le roman de Roald Dahl :
"- Jack est le seul homme de terre que les géant redoutent, explique le BGG, ils sont tous terrifiés par Jack, ils ont tous entendu dire que Jack est un célèbre tueur de géants. - Oh, sauvez-moi ! cria l'Avaleur de chair fraîche, Jack, aie pitié d'un pauvre petit géant ! Oh ! La tige de haricot ! Il vient vers moi avec sa terrible tige de haricot qui pique et larde !" 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire