GRIMM : Les Trois nains de la forêt - Conte du genévrier


Les trois nains de la forêt 

Un veuf et une veuve ayant eu chacun une fille. Un jour, la femme proposa à cet homme de se marier. Le mariage a lieu, et l’épouse devient jalouse de sa belle-fille. Un jour d’hiver, elle envoya sa belle-fille, habillée d’une robe de papier, d'aller chercher des fraises en forêt. En chemin, elle aperçut une cabane où vivaient trois nains.  Une fois entrée, elle accepta de partager son maigre repas et de balayer la neige à la porte de derrière. Dès qu’elle fut dehors, chaque nain lui accorda un don pour la récompenser. Le premier lui donna « Elle aura le don d’embellir de jour en jour. » Le deuxième déclara qu’ « il lui tombera des pièces d’or de la bouche chaque fois qu’elle proférera un mot. » Le troisième annonça qu’ « un roi viendra et la prendra pour femme. » Quand la jeune fille revint avec les fraises , la belle-mère fut surprise, et ce, d’autant plus qu’une pièce d’or tombait de sa bouche dès qu’elle parlait. La demi-sœur fut jalouse, c’est pourquoi, elle voulut se rendre aussi dans la forêt. Elle fut si désagréable avec les nains qu’elle rencontra qu’elle reçut trois punitions.  De retour chez sa mère, la fille eut un crapaud qui sortait de sa bouche à ses premières paroles. Cela mit sa mère en colère. C’est pourquoi, elle chargea sa belle-fille d’aller faire « rouir le fil. »


Alors que la jeune fille était dans la forêt, le roi passa e s’arrêta. L’ayant pris en pitié, le roi lui demanda de venir avec lui. Ils se marièrent. Un peu plus tard, la jeune femme eut un fils. Quand sa belle-mère apprit le mariage et cette naissance, elle vint avec sa fille au château. Avec l’aide de sa fille, la belle-mère jeta la jeune reine  par la fenêtre dans le fleuve qui coulait devant.  La belle-mère installa sa propre fille dans le lit et parvint à faire croire au roi que son épouse était malade. Mais tout ce termine merveilleusement bien heureusement la méchante belle-mère et sa fille sont cruellement punit. Elles finissent dans un tonneau qui dégringole du haut d'une montagne.




Conte du genévrier



"Devant leur maison était un courtil où poussait un genévrier sous lequel un jour d'hiver la femme étant assise pelait une pomme quand elle se coupa un doigt et le sang tomba dans la neige" Et son souhait est le même que la mère de Blanche Neige d'avoir "Si j'avais un enfant rouge comme le sang et blanc comme la neige !" Son vœux fut exaucé, elle mit au monde un petit garçon  mais elle mourut. Son mari l'enterre sous le genévrier. Il se remarie et avec sa nouvelle femme avec qui il a une fille Marleenken . Le pauvre petit garçon  de son premier mariage est mal aimé, il demande une pomme et sa belle mère tout à coup ressemble à la vieille sorcière dans Blanche Neige "Viens avec moi"dit elle en ouvrant le couvercle : " Prends une pomme." Et comme le petit garçon se penchait à l'intérieur, le Malin la conseilla. Crac ! Elle rabattit le couvercle si bien que la tête roula parmi les pommes."Elle décapite le fils de son mari.  C'est un conte les plus cruelle que j'ai lu ! Très violent aussi, tellement qu'en tant que lectrice je fus complètement sonnée. Mais heureusement comme bien souvent dans les contes de Grimm, les "méchant", les femmes (le plus souvent) mauvaises sont punis sans concession.