jeudi 18 août 2016

MAURICE SENDAK : Maman - Rosie


Les illustrations sont de Maurice Sendak
Le scénario d'Arthur Yorinks
Création des mécanismes Matthieu Reinhart

C'est un livre pop-up extraordinaire !!!
Quand j'ai ouvert se livre je fus comme émerveillée, à l'image d'un enfant qui découvre ce livre et s'amuse, sourit comme le petit garçon de la couverture très précisément.
L'histoire est celle d'un petit garçon qui part à la recherche de sa maman."Où est-elle ? Je la cherche partout. Dans cette maison biscornue ?" Sur son chemin il rencontre des personnages effroyables Dracula, Frankenstein, ou autres créatures de la nuit. Beaucoup d'humour, c'est drôle et taquin ! "Un petit garçon aimant, c’est vraiment prêt à tout pour retrouver sa maman… " Les illustrations sont magnifiques on retrouve le talent du génial Maurice Sendak. C'est vraiment un chouette livre !! À partir de cinq ans et au delà aussi !

Rosie



Rosie est l'album préférer de Genevièvre Brisac ( je l'ai appris  lors de la table ronde) - Il date d'avant Max et les Maximonstre. Maurice Sendak était un amoureux du théâtre new-yorkais, avec Rosie il rend hommage aux actrices de Brodway. " En souvenir de Pearl Karchawer de toutes les Rosie et de Brooklyn" Cet album se présente comme un petit roman illustré avec des chapitres.





Chapitre 1° : La jeune Rosie, invite Cathy ainsi que d'autres petits camarades pour un spectacle.


Où, Rosie joue, elle est " Je suis Alinda, la chanteuse de charme." Elle souhaite que sa jeune amie Cathy soit une danse orientale. Trois enfants espiègles sont les spectateurs.
Toutes les deux se donnent à fond dans le côté théâtral. Un jeune pompier, Léon, entre en scène cela n'était pas prévu du tout, il sème la zizanie, il déstabilise ce qui était normalement prévu. Sentiment étrange, ressent une déception de la part de Rosie.



Chapitre Deux Rosie est chez elle, s'ennuie alors elle se met à jouer avec une couverture rouge, elle est très théâtrale. Le chapitre s'arrête là enchaînement avec le suivant le trois. Et là c'est Cathy qui a son tour s'ennuie. Elle va voir ses amis Paul, Dorothée, Simon, ils ne font rien, c'est une petite bande très soudé. Puis ils rencontrent Rosie caché derrière sa couverture rouge. Elle est " Je suis Alinda, la fille abonnée."Elle est un autre personnage. Elle attend le magicien. Touche du merveilleux de la part de Sendak, le rêve, l'imaginaire. Arrive, le chapitre quatre Rosie se pose la question sur l'existence, moi aussi quand j'avais l'âge de Rosie je me posais la même question "est-ce que je suis ta petite fille ?" mais à la différence de Rosie je me
posais cette question à moi même. Tout le long de l'album le charmant chat blanc, nommé boule de neige est là présent il joue un rôle lui aussi. Au chapitre quatre, les enfants sont déchaînés, excités. Rosie est la parfaite petite sœur de Max . La mère est présente, mais bord cadre alors que dans Max sa présence est off. La dernière image est du très grande tendresse. C'est vraiment un grand album !!! que j'invite tout le monde à découvrir . Superbe, car il nous rappelle notre enfance, la mienne en tout cas le plaisir de ce déguiser, de s' exhiber d'être un autre. Les illustrations de Sendak en rouge et bleu sont de toutes beautés finesse, donne une touche un peu suranné délicieuse. Le trait de Sendak est vivant, cet album vit comme tous les albums de Sendak. Ils sont sonores aussi à la lecture on attend les bruits, les dialogues.



J'ai déniché cet ouvrage avec des rats : " On est tous dans la gadoue" du très talentueux Maurice Sendak

Attention chef-d'œuvre ! un grand livre !!!!!
Deux comptines On est tous dans la gadoue suivi de Jack et Guy 

llustrèes par Mauric Sendak. Traduit par Anne Trotereau

Maurice Sendak, fils d'émigrés juifs polonais, il est resté traumatisé par la Shoah. Cette obsession transparaît dans ses derniers albums.

C'est un album avec peu de texte mais les illustrations sont très fortes et impressionnantes. Ces illustrations évoquent la colère, la peur, les angoisses de l'enfant. Mais les enfants aiment avoir peur, ressentir des frayeurs. L'illustration remplit tout l'espace de la double page, nombreux sont les détails d'une grande richesse pour la lecture pour une libre interprétation." On est tous dans la gadoue car c'est le rat qui prend tout. Les chatons sont mis au trou. Notre lune est en couroux et la maison , c'est l'égout."
Dans ce livre ci je vous garantis,les rats sont très vilains et monstrueux avec les chatons et avec le bébé, ils sont d'une cruauté féroce. Malheureusement je n'ai pas de scann dommage car les illustrations sont de toutes beautés et d'une grande force. Un petit aperçu tout de même avec la couverture. Dans l'illustration nous sommes pas dans le conventionnel bien lisse et je dirai même pas du tout dans le politiquement correct avec Maurice Sendak l'auteur du célèbre Max et les Maximostres. La lune est présente dans cet album, elle a une valeur symboliqueprotectrice et dévorante, sévère et compatissante.Une lune plurielle, qui se démultiplie pour embrasser toute la misère du monde, une lune aux traits humains qui se métamorphose en mère chatte avant de retrouver son apparence planétaire. Voici une image significative : la lune, d'aspect menaçant avec sa bouche béante comme l'entrée d'un train fantôme.

Jack et Guy, deux enfants sans-abri sont emportés par la lune dans le ciel avec les anges, il retrouve le bébé tout nu. 
La lune se transforme en chatte qui va se ruer sur les affreux rats, pour délivrer les chatons. Pour finir tout le monde dort emporté par la lune. "Jack et Guy ont tout vu vite, ils ont accouru près du bébé tout nu. Avec les yeux battus, Jack a dit l'air bougon : donnons lui du bâton ! Mais Guy a dit : arrête ! Plutôt de la baguette ! En voici une entière ! Deux feront mieux l'affaire. Nous l'emporterons là-haut l'enfant dormira bientôt." Ces deux histoires sont des voyages initiatiques dans l'inconscient enfantin et dans les rêves et les cauchemars.

Dans "On est tous dans la gadoue", tous les thèmes récurrents de l'oeuvre de Maurice Sendak, sont revisitès par le biais de la dualité : l'espace-temps propre aux voyages oniriques ; l'oralitè (manger/être mangé) ; les crises enfantines.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire