Lolita Séchan : BARTOK BILOBA

Le premier petit album de Lolita Séchan s'adresse plus particulièrement aux tout petits.
Dans cet album il n'y a que des onomatopées.
Un petit régal !!!

Bartok, la plus jeune taupe de la tribu Biloba, s’installe au bord d’un ruisseau, il écoute les bruits et les sons de la nature et du repos. En arrière plan, ses nouveaux amis construisent une cabane.




Le deuxième albums est  pour les plus grands à partir de 5/6 ans. La petite taupe Bartok Biloba grandit.

Bartok Biloba, jeune taupe champêtre, prend la poudre d’escampette : il fuit une famille encombrante. Ce petit fugitif va croiser un raton-laveur bavard, un loup jardinier, et des bâtisseurs de cabane dans les arbres...

Les illustrations sont très soignées en noir et blanc à l'encre de chine, c'est bourré d'humour. 
Deux premiers albums les aventures de Bartok Biloba sont très prometteurs et une suite et à venir. 

MARIO RAMOS : MON OEIL


Un album au petit format et qui tourne autour de l'oeil et toutes ses expressions et explications.

Ouvrir l'oeil. Se rincer l'oeil. Ne pas avoir froid aux yeux. Se mettre le doigt dans l'oeil... Autant d'expressions que nous employons quotidiennement et que Mario Ramos nous fait redécouvrir à travers des images qui, chacune, raconte une histoire. Excellent ! 

ANTHONY BROWNE : MARCEL

La série des Marcel d'Anthony Browne à beaucoup de succès auprès des jeunes enfants niveau GS/CP

Marcel et Hugo

Il n'a pas d'amis, personne ne veut jouer avec lui, tout le monde dit qu'il est bon à rien.
Pourtant, au moment où il s'y attend le moins, le petit chimpanzé découvre l'amitié.Et qui s'assemble ne se ressemble pas forcément...




Marcel la mauviette

A force de demander pardon à tout bout de champ, le gentil Marcel, petit chimpanzé qui ne ferait pas de mal à une mouche, est baptisé "Marcel la Mauviette"
par le gang des gorilles de banlieue.
Excédé, Marcel décide de prendre son destin en mains,
de ne plus être une mauviette.
Mais pourra-t-il changer sa nature profonde 


Marcel le champion 

Décidément, Marcel ne semble pas doué pour grand-chose. Il aime la musique, il aime lire. Mais il est nul au foot et pas très rapide à vélo. Cœur tendre, tout le monde se moque de lui, et le pauvre Marcel a bien du mal à s'intégrer. Mais parfois le hasard fait bien les choses...




Marcel le Magicien 

Marcel adore le football. Il joue chaque fois qu'il le peut, mais malheureusement, il n'est jamais choisi pour faire partie de l'équipe titulaire. Il lui faudra une rencontre étrange, des chaussures magiques, et de la superstition pour être enfin remarqué. Où est-ce simplement une question de talent et de confiance ?

Ces quatres albums d'Anthony Browne sont délicieux et représente bien l'enfance. Un bonheur délicieux ! 

Didier Mounié : DIX petits doigts

Illustration Anne Letuffe
Deux mains s'ennuient ferme et partent en voyage. A chaque page, un univers différent et une action font disparaître au fur et mesure les doigts, d'abord le pouce, semble-t-il renversé, puis un autre effrayé par le loup ou un autre évanoui par un marteau. Irrémédiablement, les doigts partent pour d'autres univers.
Entre disparition et enquête policière, voici un jeu de doigts, entre comptine et texte humoristique, beaucoup d'originalité. 

Excellent petit livre au format carré. 

Inspiration par des enfants en élémentaire

LES CONTES DE CHARLES PERRAULT

LES CHAUSSURES ET LES CHAPEAUX DANS LES CONTES DE PERRAULT 
ATELIER BCD




Le chapeau chez Tomi Ungerer et Yvan Pommaux

MONIKA VAICENAVICIENE : Qu'est-ce qu'un fleuve ?

Traduit par Catherine Renaud

Un documentaire en grand format, aux illustrations délicates, est tout simplement une petite merveille qui vient de Suède.

" Fleuve qui es tu ? 
Grand mère qu'est ce qu'un fleuve ?"

La petite fille  découvre ainsi combien les rivières sont nombreuses et coulent sur toute la planète.  Le fleuve et le fil ne font qu'un . L'eau du fleuve est un bien précieux aussi bien pour les hommes que pour les animaux. . Elles sont également une source d'inspiration renouvelée pour les artistes, les poètes et attirent pèlerins, philosophes, activistes, juristes... Une histoire sans fin qui témoigne de la richesse des rivières, sources d'émerveillement permanent. Un documentaire pour s'instruire mais aussi pour rêver, faire un long voyage à travers le temps l'histoire etc ...

" Chaque histoire est importante. Il faut les raconter. Encore et encore. "

WANG YAGE : La lanterne de tonton

ZHU CHENGLIANG

C'est l'occasion de découvrir les fête du nouvel an chinois. Où c'est l'occasion de plusieurs jours de festivité. C'est aussi une formidable occasion de tisser des  liens avec la famille. 
C'est une tradition millénaire chinoise

La tradition veut  que l'oncle de la famille offre aux enfants des lanternes. Elles illumine dehors les rue du village tout blanc jusqu'au quizième jour de janvier.
 Une cérémonie particulière,  va clôre les festivités de manière forte et symbolique, à la fois individuelle et collective. 
C'est une fête qui fait passer un message philosophique de nous rappeler de ne pas nous attacher trop à ce qui est matériel mais bien à l'humain.Ce formidable album nous donne à voir l'attachement du jeune enfant à ces lanternes colorés que l'on peut allumer grâce à une petite bougie.

Un album magnifique, avec ses couleurs vivent et l'histoire est très touchante. 

MANUEL MARSOL : LA MONTAGNE

Une petite merveille et l'on retrouve dans cet album le talent de Manuel Marsol auteur de l'excellent Duel au soleil. Et le texte est de
Carmen Chica

Manuel Marsol a remporté le 8e Prix International de l’Illustration lors de la Foire du Livre de Bologne 2017 pour son travail sur La Montagne.
Un homme sort de son camion et s’arrête pour ce qu’on devine être « une envie pressante ». Il entre dans une forêt des plus banales, semble se perdre bêtement, et commence alors pour le lecteur un voyage merveilleux.Réel et imaginaire se mêlent subtilement.  La balade de cet homme sur la montagne, parmi les arbres, devient une sorte de communion intime entre le monde des humains, celui de la nature et celui des esprits. Plus rien ne nous étonne, ni la métamorphose de l’homme, ni les changements de taille du petit monstre sympathique, ni ce paysage devenu personnage à part entière.
Les illustrations sont surréalistes, féeriques et poétiques où l'on perd la notion du temps.
Manuel Marsol parvient dès les premières pages à accrocher l’attention du lecteur à la fois intrigué et amusé par l’étrangeté de cette invitation au voyage. Notre homme est perdu, noyé dans l'immensité du paysage, cette immensité est bien rendu par le format de l'album.

SANDRA NELSON : MATRIOCHKA

Illustration de Sébastien Pelon

Une très joli histoire inspirée des contes russes avec Baba Yaga.
Au coeur de la forêt russe, vit une famille de modestes moujiks, Ivan, Natacha, et leurs cinq adorables filles, Katérina, Anna, Marina, Tatiana et Véra. Toutes les cinq sont inséparables et se ressemblent tant que seule leur taille les différencie. Hélas ! la misère vient à frapper le foyer. Les parents doivent envoyer Katérina travailler pour la terrible ogresse Baba Yaga. Mais pas question pour les fillettes d'abandonner leur soeur aînée. Au mépris du danger, elles décident de l'accompagner. Et si toutes les cinq réunies avaient le pouvoir de vaincre les maléfices de la sorcière ?
Un conte du folklore russe particulièrement bien adapté. On y apprend tout de la naissance des matriochkas, les fameuses poupées russes, et de la sorcière Baba Yaga, dévoreuse d'enfants.

NADIEJDA TEFFI : BABA YAGA

A la fin du XIXè siècle, à partir d'archives Alexandre Afanassiev aurait rassemblé ainsi et édité plus de 600 contes dont la célèbre Babayaga. Elle est une figure emblématique présente dans l'univers des contes russes,bulgares et polonais. Nous la retrouvons tantôt ogresse, tantôt sorcière dans des versions différentes.






Elle vit au fond de la forêt, dans une isba (habitation de bois, sorte de cabane), posée sur des pattes de poulet, de sorte qu'elle tourne sur elle même, et entourée d'une barrière d'os et de crânes humains. Elle se déplace dans un mortier, tenant à la main un pilon, et un balais pour effacer les traces de son passage.
« Il était une fois un vieux et une vieille qui avaient une petite fille, toute mignonne, toute gentille… » 

En 1932, paraît l’adaptation en russe de ce conte par Nadiejda Teffi avec des dessins de Nathalie Parain. Jamais réédité dans son format et ses couleurs d’origine, ce livre réunit les compositions graphiques de Nathalie Parain, au sommet de son art, et un texte français de Françoise Morvan qui lui redonne son goût et sa force.
J'aime cette édition de Babayaga, pour son format et aussi pour ses illustrations d'une simplicié enfantine. 

Nathalie Parain   (illustratrice) Née en 1897- décédée en 1958 à Sceaux
Elle a été formée aux Ateliers d’État de Moscou , où elle s’intéresse à l’affiche, l’éducation et les livres pour enfants. Son diplôme obtenu, elle enseigne le dessin dans une école. En 1926, elle épouse le philosophe Brice Parain et tout deux s’installent à Paris. Inspirée par les théories constructivistes qu’elle a éprouvées à Moscou, elle se lance dans l’illustration jeunesse. 

En 1930 paraît "Mon chat " d'André Beucler
aux éditions Gallimard. Elle rencontre alors l’éditeur et pédagogue Paul Faucher, dont l’idée du livre coïncide avec celle de Nathalie Parain : un espace de lecture active, un endroit de jeu et d’imagination. Débute ainsi leur collaboration pour les albums du Père Castor. En 1932, paraît Baba Yaga, conte traditionnel russe, puis Châtaigne de Tchekhov à la NRF. À partir de 1937, elle sera la principale illustratrice des Contes du chat perché de Marcel Aymé. Elle meurt en 1958.

Nadiejda Teffi son pseudonyme est Teffi

Née Nadejda Alexandrovna Lokhvitskaya en 1872 à Saint Petersbourg. Elle épouse Buchinskaya, Nadedja Teffi était une fille de l’aristocratie de Saint-Petersbourg. Sa mère d'origine française donna à ses enfants une éducation libérale. A neuf ans, la jeune Nadejda Alexandrovna lisait Tolstoï et tombait amoureuse de ses héros. Elle est l'un des auteurs les plus connus et publiés dans la Russie d'avant la Révolution.
En 1910 et 1911 (elle approche alors de la quarantaine), ses premiers deux recueils de « Récits humoristiques » connaissent un succès considérable, d’autres suivront. Elle émigre en France en 1919 et elle devient une des personnalités marquantes de l'émigration littéraire et artistique. À Paris, elle collabore avec les éditions YMCA Press pour lesquelles elle adapte en 1932 le célèbre conte de La Baba-Yaga dans une langue particulièrement musicale qui fait autorité. Formidable conteuse, réputée pour la richesse de la langue qu’elle use et l’humour
Plus tard, elle devait être l’une des plumes les plus alertes de l’émigration russe (elle est enterrée au cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois) en 1952.

ROSE CELLI : Baba Yaga



 Anne Buguet illustrations

Cette version dans son illustration est bien russe tel que l'on l'imagine. Les conseils  viennent d'une jolie tante la sœur de sa vraie maman et pas de la marâtre. Elle lui dit "il y a chez Baba Yaga un bouleau qui voudra te fouetter les yeux ; noue le d'un ruban. Tu verras une grosse barrière qui EEgrince, et qui voudra se refermer toute seule ; verse-lui de l'huile sur les gonds. Enfin tu verras un chat qui voudra e crever les yeux ; donne-lui un bout de jambon." Les précieux conseils de sa jolie tante lui donne courage pour aller chez la redoutable BabaYaga.



Une fois chez elle, la pauvre petite elle tremble de tous ses membres. Mais elle arrivera à se sauver après avoir traversé de nombreuses épreuves !


La version de Baba Yaga de 2018 de Rose Celli est illustrée par Pauline Kalioujny
L’illustratrice a choisi la trichromie: l’association du rouge, du noir et du doré mat rappellent certains motifs de tenues traditionnelles slaves.
Le choix du format largeur convient bien au texte. 
Des illustrations modernes qui collent bien au texte. 

GEOFFROY DE PENNART : JE SUIS REVENU ! et LE LOUP EST REVENU

Le célèbre loup de Geoffroy de Pennart revient en super forme. Avec quelques séances de remise en forme, et voilà il est prêt pour son grand retour dans la forêt. Ses victimes sont toutes désignées : les petits cochons, les sept chevreaux et autre chaperon rouge... Mais aucun d'entre eux ne montre le bout de son nez ! Tel sera pris qui croyait prendre... Une version facétieuse du célèbre Loup est revenu, cette fois-ci racontée par le loup lui-même. Le ton est comme toujours remplit de légèreté et aussi nous retrouvons tous les personnages des contes : le petit chaperon rouge, Pierre de Pierre et le loup, la chèvre et les 7 chevreau ainsi que les trois petits cochons. 
Délicieux. 





Monsieur le lapin en lisant son journal apprend que le retour du loup. Les trois petits cochons sont effrayés ainsi que madame chèvre et ses sept petits , tout comme l'agneau ainsi que Pierre, le Petit Chaperon Rouge. Voilà, il arrive affamé. Que va t-il se passer ? 

KATYA ARNOLD : BABA YAGA


 existe plusieurs version de cette célèbre sorcière russe Baba Yaga. D'abord celle illustré par  Katya Arnold de est un véritable coup de cœur

Les illustrations s'inspire des images "lubok" une expression artistique de la tradition russe qui remonte au XVIIième siècle.
et traduit par Michelle Nikly

Le texte de ce livre reprend une histoire appelée " Tereshichka" ou "Tishka" qui faisait partie des contes traditionnels russes d'Afanassiev


Voilà une version remplit de magie typiquement russe à mon goût. Un homme et une femme assez âgées n'avaient toujours pas d'enfant. Ils ramassent une bûche, il la mettent dans un berceau et soudain la bûche se transforme en bébé. 
C'est un beau petit garçon, il se nomme Tishka, et sa maman le met en garde de la terrible ogresse Baba Yaga qui mange les petits enfants. Tishka malgré tout se trouve dans les griffes de Baba Yaga qui l'emporte chez elle pour le manger. Et notre petit bonhomme sera malin et rusé ! Une superbe version magnifique de poésie et une présentation très russe et très originale qui sort des habitudes.

BABA YAGA ET LA PETITE FILLE
Et la version la plus classique de Baba Yaga

Profitant de l'absence de son mari, une méchante belle-mère tente de se débarrasser de sa belle-fille en l'envoyant chez sa sœur, qui n'est autre que Baba Yaga, l'horrible sorcière. Mais la maligne petite fille saura s'allier aux plus fidèles serviteurs de l'ogresse, et elle finira par triompher à la fois de Baba Yaga et de sa belle-mère.

GREGOIRE SOLOTAREFF : Le Gros Poucet

C'est toujours un plaisir de retrouver le duo Grégoire Solotareff et sa sœur Nadja. Ils continuent leur travaille de détourner les contes.

Ici, ils s'amusent à détourner le Petit Poucet de Charles Perrault.
Il était une fois un bûcheron et une bûcheronne qui avaient sept fils. Le plus jeune était aussi menu qu'un doigt de la main, on l'appela le Petit Poucet. L'aîné avait la taille d'un gros orteil, on l'appela le Gros Poucet. C'était le préféré de sa maman.
Poussés par la famine, les parents décidèrent de perdre les enfants dans la forêt. Le Petit Poucet avait tout entendu, le Gros Poucet rien du tout. Mais il était tellement bête qu'il croyait être le plus intelligent.
Lecture très agréable bourrée, l'humour est au rendez vous ! Et je rapprocherai ce titre mais c'est très personnel à Barbe rose .

Esmé Planchon : On habitera la forêt


"Dans la vie, ma chérie, il ne faut pas tout le temps baisser la tête, il faut aussi savoir la lever "
Une phrase pour moi qui résume bien ce délicieux roman jeunesse. 
Joyce, une jeune fille solitaire, dont la mère est comédienne. Sa mère ne vit que pour le théâtre et quand elle ne joue pas elle a du mal à trouver le sens à sa vie. Joyce pour ses vacances retrouve sa grand mère à la campagne, et rencontre par hasard une dame perchée dans un arbre et une jeune fille un peu turbulente. Joyce, Sylvia et Dorothy se confient, échangent et se révèlent. La forêt devient le berceau de leur amitié et de leur rêve. Malheureusement une menace plane avec un projet de production de sapins de noël à la place de la forêt ...
Vont-elles se révolter ? Comment vont elles réagir dans cette situation ? Quels sont les ou l'action qu'elles vont mettre en place ? Grâce à ses rencontres riches et intenses Joyce va pouvoir grandir et trouver un sens à sa vie. Grâce à ses vacances à la campagne Joyce va découvrir sa grand mère  actrice dans sa jeunesse et pianiste en cachette. 


Un roman attachant que j'ai beaucoup apprécié. Il fait réfléchir à l'importance des espaces verts et des arbres, mais aussi à des mots et de la culture dans nos vies.




ANTHONY BROWNE : LE JEU DES FORMES

Traduit par Elisabeth Duval

C'est l'histoire de la famille de l'auteur Anthony Browne et la famille s'est la même que celle de Zoo. Tous les quatre ils vont au musée.
Les enfants ne sont pas très emballés. Cela devient intéressant quand leur maman leur décrit un tableaux avec une famille. Et à partir de ce moment là la visite devient passionnante. Tous les tableaux qu'ils voient font écho dans leur vie.


Et au retour les deux garçons s'amusent à jouer  au jeu des formes. Une personne dessine une forme et ensuite l'autre transforme cette forme;




ATELIER AVEC DES ENFANTS :

Grégoire SOLOTAREFF : Une prison pour monsieur l'ogre

L'ogre est nommé le seigneur de la forêt. Il est gros, vorace et cruel. Il a une très grande maison dans les bois. Il mange les animaux comme tous les ogres. Il aime la chaire fraîche. Les animaux se décident de se venger, ils envoient des légumes à l'ogre.

GEOFFROY DE PENNART : Le déjeuner des loups

Dans cet album de Geoffroy de Pennart l'on retrouve le loup, Lucas qui kidnappe le cochon cuisinier homme à tout faire Maurice.  Il cuisine divinement bien, il joue admirablement du piano, et il raconte des histoires merveilleusement bien. Lucas tombe dans le piège de l'amitié, ce qui n'est pas fait pour plaire à son père qui comptait sur un bon déjeuner de cochon rôti…
Un joli album, où l'on passe à bon moment, c'est une lecture fort sympathique . 

CHARLES PERRAULT : le petit poucet




L'histoire d'une famille de bûcheron pauvre, ils avaient sept enfants (l'importance du chiffre 7 comme les sept nains de Blanche Neige). Le plus jeune se nomme le Petit Poucet. Le père emmène ses enfants dans la forêt pour faire des fagots, pour les perdre. Le petit Poucet malin avait prévu de remplir ses poches de petits cailloux blancs. La deuxième tentative a échouée, ils se retrouvent perdus dans la forêt. Mais ils se rendent dans une maison qui se trouve être la maison de l'ogre sans le savoir. Les sept nains vont dormir dans un grand lit dans la chambre des sept ogresses. Ils s'évadent car ils ont peur de l'ogre qui a égorgé ses sept filles.
L'ogre décide en mettant ses bottes magiques de rattrapé les sept garçons. Le petit Poucet malin arrive à enlever les bottes de l'ogre et tout se termine merveilleusement bien.


CHARLES PERRAULT / LA BARBE BLEUE et GREGOIRE SOLOTAREFF / BARBE ROSE

 version de Charles Perrault

Un homme avait une barbe bleue, il était très riche et il était célibataire. Puis, une de ses voisines avait deux filles particulièrement belles. Il en demanda une en mariage. Cet homme est tellement étrange avec sa barbe bleue, grande méfiance de la part des deux filles. Il fera tout pour les séduire et les divertir. La cadette fut séduite par cet homme, elle le trouva bon et l'épousa. Son mari au bout d'un mois de mariage, il doit s'absenter et il lui remet un trousseau de clef. Il lui défend formellement de se servir d'une clef d'un petit cabinet. Une fois, seul, elle prend un grand plaisir de parcourir le château de visiter de fond en comble toutes les pièces. Bien sûr, elle est d'un tempérament très curieuse et veux savoir à tout pris savoir ce qu'il y a dans ce cabinet. Elle est très tenter et va ouvrir la porte : "Étant arrivé à la porte du cabinet, elle s'y arrêta quelque temps, songeant à la défense que son mari lui avait faite, et considérant qu'il pourrait lui arriver malheur d'avoir été si désobéissante ; mais la tentation était si forte qu'elle ne put la surmonter : elle prit donc la petite clef, et ouvrit en tremblant la porte du cabinet."
Là , elle découvre les crimes commis par Barbe Bleue, le choc , elle est prise de peur et de panique ! Et, elle se trouve en danger et donc
"Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?" Phrase célèbre, il y a danger !
Lu ce conte avec les illustrations de Jean Claverie magnifique dans les tons bleus.

La version des frères Grimm
Traduit par Marthe Robert et Jean Amsler

Cette version est absolument pas connu me semble t-il !  Légérement différente de celle de Charles Perrault qui est plus connu cette version est plus courte et sanglante. Et comme souvent chez les frères Grimm une grande importance est portée aux chiffres entre autre le chiffre 3.
Trois fils et une belle fille, ce conte ne commence pas par il était une fois mais par "Dans une forêt" d'emblée le décor est campé pour créer un mystére. Une jeune fille se marie avec Barbe-Bleue avec la peur au vendre.
" Adieu, chère sœur, si nous entendons ta voix, nous sauterons sur nos chevaux et serons bientôt près de toi." Elle s'habitue à la barbe-bleue, exactement comme dans la version de Perrault. Sauf que la version des frères Grimm est selon moi plus sanglante " Alors elle ouvrit la porte et quand la porte s'ouvrit, un flot de sang coula à sa rencontre et aux parois d'alentour elle vit suspendues des femmes mortes et de quelques-unes il ne restait que le squelette."

Le détournement de Grégoire Solotareff :


Barbe Rose

mis en image par Nadja

Un détournement remplit de malice comme je les aime. Je me régale, c'est jouissif et malicieux. C'est un Barbe - Bleue féroce et sans pitié, à un jeune frère appelé Barbe-Rose. Ce dernier n'est pas marié tout comme Barbe-bleu d'ailleurs. Mais ce dernier en était à sept épouses. Cette nouvelle épouse, Rosalynde ne devait pas entrer dans le fameux cabinet interdit en son absence. Mais la tentation est trop forte, elle ira voir par curiosité ce qu'il y a dans ce cabinet, elle y trouve la même chose, comme chez Perrault et Grimm.Barbe-Rose prit la clef tâché de sang, qui a échappé des mains de Rosalynde. Au retour de Barbe-Bleue, Rosalynde est bien embêté elle n'a pas la fameuse clef, il la menace de la tué si elle ne lui remet pas cette clef. Rosalynde est perdue va rendre visite à son amie Anne Masseuranne.
La suite imaginé par Grégoire Solotareff est à la fois sanglante et amusante.
La note d'humour et de fraicheur est là bien présente après les grosses frayeur. Excellent ! Extra !!!!